lutteviolencefemmes2

Des coups et du silence / création octobre 2015

DES COUPS ET DU SILENCE, de Georges de Cagliari

Une pièce de théâtre interactif  destinée aux adultes pour lutter contre la violence.
Elle sera créée en octobre 2015 à Paris au Ministère de la Santé et de la Solidarité avec le soutien de la Ville de Paris (Mission Egalité) et la Région Ile de France en partenariat avec l’association Femmes pour le Dire, Femmes pour agir et du Ministère (délégation des droits de la femme).

Violences faite aux femmes : un problème grave et récurant
nécessitant une mobilisation collective, pour aider les femmes à se sortir de ce cauchemar.

Fort heureusement les violence faites aux femmes sont de moins en moins un sujet tabou. Toutefois, le fait que les médias en parlent ne réduit en rien le problème dans ce qu’il a de réel, de quotidien, et dans les mesures et les dispositifs qu’il impose pour sa résorption.

La difficulté d’un tel sujet est de faire comprendre à celles qui le
subissent, qu’elles sont victimes, uniquement victimes et qu’en
aucun cas tel ou tel aspect de leur personnalité et de leur comportement n’explique et moins encore ne justifie ce qu’elles subissent.

La pièce « Des coups et du silence » montre des situations concrètes traitées avec réalisme sans que jamais le public ne puisse être soupçonné de voyeurisme.

A chaque fois, les réactions libératoires des personnages féminins aidés parfois par leur environnement se font par une prise de conscience. Ainsi la victime retrouve sa dignité et l’estime d’elle-même que le persécuteur avait sciemment détruits.

Par touches délicates et successives, chaque cas est montré et la nécessité de refuser toutes ces situations est soulignée en mentionnant non seulement que cela est possible, mais qu’il existe des organismes et des structures à même d’aider les femmes.

Le caractère interactif de la pièce permettra dans un deuxième temps au public de s’exprimer sans que jamais la personne venant sur scène ne basculent dans le psychodrame ainsi protégée par l’écran du personnage qu’elle incarne. Par ailleurs, le débat qui succède à la pièce est toujours mené par une médiatrice rigoureusement formée à cet exercice délicat.

Par sa prise directe avec le vécu, par les solutions concrètes qu’elle propose, par la verbalisation authentique qu’elle permet, cette représentation est un outil précieux pour que les victimes franchissent le pas ou se confortent dans la décision de ne plus subir.